2020, 02, Press

Odysseus dans la presse

quelques articles parus au sujet d’Odysseus, de novembre à juin 2020, avec une parenthèse au milieu.

Marianne / Nicolas Dutent / Andrea Marcolongo / juin 2020
Une Odyssée vêtue de bleu, d’éternité
L’autre monde, c’est le mythe ancien et pourtant persistant. C’est aussi le titre du beau livre que le photogrpahe Michaël Duperrin, voyageur et voisin de la mer fait paraître aux bien nommées éditions sun/sun. ce périple photographique ressuscite un procédé, le cyanotype, et refait par l’image et le texte le parcours d’Ulysse, dont on croirait entendre les pas. Une Odyssée vêtue de bleu, d’éternité.

Le monde de la photo / Benjamin Favier / février 2020
– Cathartique artistique –
La forme tient une place prépondérante. Mise page du texte et photos bleu nuit, tirées en cyanotype et imprimées en BMJN, façonnent un décor intemporel. Les contributions de Pierre Bergounioux et Thierry Fabre offrent deux lectures complémentaires sur ce beau songe bleuté.

Fisheye Magazine Web / Lou Tsatsas / février 2020
– Une épopée personnelle –
En jouant avec les époques, le concret et l’imaginaire, le photographe réalise un objet d’art, dont les représentations spectrales et abstraites redonnent au récit classique une bouffée d’air frais.
Pensé comme une œuvre totale, Odysseus l’autre monde ne laisse rien au hasard.
« Le choix du papier, avec sa tonalité légèrement chaude qui contraste avec la froideur du bleu, son toucher sensuel, la composition du texte, la technique de reliure, le format renvoient à la notion d’incarnation »

Viens Voir / Bruno Dubreuil / février 2020
Odysseus, une épopée contemporaine… un prélude à la dilution de l’auteur dans l’imaginaire du lecteur.

L’intervalle / Fabien Ribéry / février 2020
– L’image fantôme –
« …superbe Odysseus, l’autre monde, livre méditerranéen reprenant le chemin d’errance du héros grec… Construisant ses livres comme on plonge dans l’immémorial pour y rencontrer des fantômes et la source même de notre être au monde, Michaël Duperrin travaille avec les ombres, les passions enfouies, les puissances souterraines. »

Fisheye Magazine / janvier 2020
C’est un livre d’une grande poésie que viennent de publier les éditions Sun/Sun. Michaël Duperrin s’est embarqué dans le sillage d’Ulysse et de ses exégètes avec son regard rêveur que transcrivent à merveille ses images tirées en cyanotype, ce procédé ancien qui nous fait basculer dans les bleus profonds, comme ceux de la Méditerranée. Son journal de bord qui accompagne le voyage – coulé lui aussi en encre bleue – prolonge à merveille cette odyssée.

La critique / Christian Gattinoni / décembre 2019
– Odysseus, un reboot photographique –
À l’ensemble des photographies réalisées en cyanotype répond un long texte aux qualités littéraires accompagnant le récit des déplacements en Méditerranée du photographe.

L’intervalle / Fabien Ribéry / novembre 2019
C’est un double récit, en textes et photographies, de Michaël Duperrin, s’élevant dans la substance du cyanotype, qui est un tirage en bleu de Prusse de procédé ancien. Odysseus est un carnet de voyage circulaire.
” Homère raconte des histoires, comme Michael Duperrin et Thomas Vinau. Parce que nous sommes troués, chus, piétinés, parfaitement survivants, et créateurs de mondes.”

 

08, 2018, Press

Noces ou les confins sauvages / Les inrockuptibles / article

Média : Les Inrockuptibles
Date : août 2018

07, 2018, Press

Pierre Terzian "Amours et Paix" @ La Presse, Québec by Mario Cloutier

Le journaliste québécois Mario Cloutier mettait cet été Pierre Terzian à l’honneur dans le journal La Presse > article entier ici.

06, 2018, Press

Noces ou les confins sauvages / ToutMa

Une magnifique promenade photographique…

Média : ToutMa – numéro 50 été 2018
Date : juin 2018
Auteur : Olivier Emran

Media: ToutMa – numéro 50 été 2018
Date: juin 2018
Author: Olivier Emran

05, 2018, Press

Noces ou les confins sauvages / Compétences Photo / article

Merveilleuse encyclie

Média : Compétence Photo
Date : mai 2018
Auteur : Gérald Vidamment

Media: Compétence Photo
Date: mai 2018
Author: Gérald Vidamment

04, 2018, Press

sun/sun by IDEM

IDEM, LE MAGAZINE D’ACTUALITÉS CULTURELLES EN LANGUEDOC-ROUSSILLON a publié un article sur la maison d’édition sun/sun. L’article entier ici.

04, 2018, Press

Malgré les collines @ Note bene by Eric Darsan

” Tracer la route et son horizon. Se rendre [disponible], s’échapper [pour mieux se (re)trouver], plonger, (par)courir, s’enfouir – s’ensabler sans s’enterrer – [refaire surface], reprendre son(,) souffle, gagner en profondeur/clarté/clairvoyance, s(‘)e( )mouvoir librement. Envisager chaque déplacement comme une rencontre [vis-/pays-/-age]. Suivre le mode d’emploi, le sens des aiguilles de boussole bicolores, l’ordre alphabétique en deux parties inversées — le fil rouge de la page centrale comme marque et commencement. In media res y perdre son latin, reprendre à la préface puis voir rouge de nouveau avant d’entrer dans le bleu des pages. Penser pouvoir classer. Chasser l’aléatoire. Choisir son chemin [dans l’] — encadré. Tourner en rond, décarrer, prendre la tangente et le large vers des pays(ages) toujours renouvelés. Rêver, dériver, (di)vaguer. “

L’article entier ici

03, 2018, Press

Noces by Bruno Dubreuil - Viens voir

Plongée en photographies profondes

“(La) vie, elle est au coeur du projet photographique d’Hélène David : Noces, le très beau récit photographique édité par Céline Pévrier, publié aux Editions sun/sun, avec un texte foudroyant du poète Donatien Garnier. ”

Mais Noces, c’est surtout une écriture photographique qui plonge dans la mythologie (les Métamorphoses d’Ovide) et la littérature (Noces à Tipasa, d’Albert Camus). Une photographie pas seulement faite avec l’oeil ou le cerveau, mais avec le corps tout entier (basée sur l’engagement physique expérimenté dans l’apnée et la danse contemporaine) et un vécu intime de l’environnement naturel.

L’article entier ici

03, 2018, Press

Noces by Pascal Therme

Extrait : ” Plonger dans Noces, livre ouvert et sensible, c’est plonger à la découverte du Secret, de l’écriture et du livre et plus généreusement des Mystères qui opèrent oniriquement ces Transes- formations , ces pures moments. En se saisissant du livre au toucher tendre, à la caresse douce, la main se fait regard, un autre corps assemble sous les nuées, la part osée de ce regard qui fléchit et qui n’a besoin que de se tourner en lui même pour de nouveau pouvoir découvrir l’essence enchanteresse de l’aube. A parcourir Noces, une part de cette aventure signe le retour de la promesse et du chant silencieux du Vivant, dans la proposition magique d’un voyage . Alors, feu…” 

L’article entier ici